Navigation


Ecole et emploi

Connexion adhérent

Deux ou trois mots sur l’Economie sociale et solidaire

L’économie sociale et solidaire (ESS) rassemble l’ensemble des organisations incarnant une volonté de concilier activité économique et poursuite d’objectifs à visée d’utilité sociale et caractérisées par un mode de gouvernance participative et démocratique.

L’ESS est plurielle dans ses sources d’inspiration, son mode d’organisation et ses modalités de fonctionnement. C’est sa force mais en même temps sa faiblesse, parce qu’elle ne peut guère parler d’une seule voix face à l’économie capitaliste d’orientation néo-libérale.

Le mouvement coopératif se présente comme une alternative au capitalisme par temps de crises

« Les entreprises de l’Economie sociale fonctionnent de manière démocratique et sont constituées de sociétaires solidaires et égaux en devoirs et en droits » (article 1). « Les entreprises de l’économie sociale proclament que leur finalité est le service de l’Homme » (article 7) in Charte de l’économie sociale, 1980.

Le respect des valeurs éthiques humanistes se caractérisent notamment dans le champ de la finance solidaire (finance sociale ou philanthropique) et du commerce équitable. Au nom de la nécessaire professionnalisation, deux questions se posent : doit-on gérer les associations comme des entreprises, dès lors que l’on adhère aux valeurs de l’ESS ? Et peut-on allier business modèle, digitalisation de la société et économie solidaire ? Pour nous, une société n’est pas un agrégat de clients et les institutions de la République  ne sont pas des centres de profit.

Un champ d’expérimentations sociales innovant

La loi relative à l’économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014 illustre les principes et champ de l’ESS en citant des exemples de « bonnes pratiques » concernant notamment la mise en œuvre de la « gouvernance démocratique », la concertation dans l’élaboration de la stratégie de l’entreprise ; la territorialisation de l’activité économique et des emplois ; l’exemplarité sociale en matière de politique salariale, de formation professionnelle, de santé au travail, de qualité des emplois… Une attention particulière est portée au lien avec les usagers pour répondre à des besoins non  satisfaits mais aussi pour faire en sorte que dans l’entreprise, les problématiques de la diversité, de la lutte contre les discriminations et d’égalité réelle entre les femmes et les hommes soient entendues par les instances dirigeantes élues.

Dès ses débuts, l’économie sociale, dans le sillage des Expositions universelles du XIXème  siècle, est adossée à un horizon utopique : faire des Institutions du progrès social, « la science de la vie heureuse ! ». On en est loin même aujourd’hui, même si le poids du secteur de l’Economie sociale dans l’économie générale n’est pas négligeable en France, en Europe et dans le monde. Pour nous limiter à la France, « Le secteur de l’économie sociale représente presque deux millions de salariés et plusieurs dizaines de milliers d’entreprises. Les mutuelles d’assurance y détiennent plus de 30 % du marché de l’assurance automobile, plus d’un français sur deux est adhérent d’une mutuelle de santé complémentaire de la Sécurité sociale. Dans le domaine bancaire, les Etablissements coopératifs sont parmi les plus importants et les plus performants » (Encyclopaedia Universalis, Paris, 2008).

Tendanciellement, nous allons vers plus de partage des savoirs et des expériences réussies. Le témoignage de Geneviève Fontaine, chercheuse en transformation sociale, illustre une démarche d’éducation populaire, reconnaissant la légitimité de chacun (e) à participer à l’élaboration d’une culture commune. Cette professeure d’économie a créé un laboratoire d’innovation sociale aux activités multiples : chantier d’insertion, magasin coopératif, recyclage ou encore Fab-Lab. Cet espace ouvert d’éducation permanente sur « l’autre économie » additionnée des « communs » et des « capabilités » dont le rapprochement définit des « communs de capabilités ».  Le Monde, 23 août 2017.

 

Enseigner autrement pour entreprendre autrement

Du lycée aux grandes écoles, l’enseignement de l’économie fait débat. Les candidats à la présidentielle 2017, à quelques exceptions près, restent fâchés avec les rouages de l’économie nationale et internationale. Dans l’enseignement supérieur, les étudiants demandent des approches idéologiquement plus variées. Pourtant, la pensée économique française est foisonnante et de renommée internationale. Le succès international de l’ouvrage de Thomas Piketty, Le Capital au XXIème siècle, en témoigne.

Inviter les élèves à faire preuve d’esprit critique sur les enjeux de la loi travail, dite loi El Komri (2016-2017), permet, par exemple, de faire le lien entre l’économie et la citoyenneté. « Beaucoup de jeunes sont séduits par la modernité des coopératives », Les Echos, 4 juillet 2017.

Plusieurs associations de spécialistes ont appelé récemment à un changement d’esprit dans l’enseignement des sciences économiques et sociales à l’université ou invitent à une approche interdisciplinaire, pluraliste et innovante sur le plan pédagogique.

A la différence des sciences expérimentales, il n’existe pas de cadre d’intelligibilité qui fasse l’unanimité des économistes. C’est par une « fertilisation croisée » des sciences économiques et sociales avec l’ensemble des sciences humaines et sociales que l’enseignement de l’économie peut éclairer l’apprenant, et plus tard l’adulte dans la perspective de la formation continuée. Dès le lycée, le professeur de philosophie en classes de terminale pourraient, par exemple, intervenir sur les sources d’inspiration de l’ESS en évoquant les socialistes utopiques, le christianisme social, l’école libérale et le coopérativisme pour mettre en lumière les enjeux politiques et idéologiques du projet d’économie sociale. Comment passer dans le monde des affaires d’une compétition parfois destructrice à une coopération plus harmonieuse ?

Pour  être à la hauteur de son rang de 6ème puissance mondiale en termes économiques, les responsables de la Nation devraient se montrer capables de nous sortir du moment de pauvreté intellectuelle en la matière, en se montrant plus attentifs à la « question sociale » (R. Castel), en valorisant notamment les ressources de l’économie sociale et solidaire, présenté aux jeunes générations comme un secteur porteur d’avenir.

Parler du mutualisme…

Pour aller un peu plus loin

 

ARCHAMBAULT, E., Le secteur sans but lucratif, Paris, Economica.

AZNAR, G.R., CAILLE, A. & LAVILLE, J.C., 1997, Travail, activité, revenus pour tous ? Vers l’économie plurielle, Paris, Syros.

BIDET, E., 1997, L’économie sociale, Paris, Le Monde Editions.

CASTEL, R., 1995, Les métamorphoses de la question sociale, Paris, Fayard.

DANVERS, F., 2017, S’orienter dans la vie : un pari éducatif ? Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion (Tome 3).

DEMOUSTIER, D., 2001, L’économie sociale et solidaire : s’associer pour entreprendre autrement, Paris, Syros.

LAVILLE, J.L. & SAINSAULIEU, R. (Dir), 1997, Sociologie de l’association, Paris, Desclée de Brouwer.

MOUZON-CAMPOS, J.L., 1995, Coopératives, marchés, principes coopératifs, Bruxelles, De Boeck.

MOREAU, J., 1994, L’économie sociale face à l’ultralibéralisme, Paris, Syros.

PENIN, M., 1997, Charles Gide 1847-1932 – L’esprit critique, Paris, L’Harmattan.

POLANYI, K., 2011, La Subsistance de l’homme : la place de l’économie dans l’histoire et la société, Paris, Flammarion.

* Economie et management, n° 149, octobre 2013.

 

Francis Danvers, professeur émérite en Sciences de l’éducation

Laboratoire CIREL-Profeor, Université de Lille Nord de France

Publié dans Accompagner et préparer, Contextes économiques et sociaux, Ecole et entreprise, En France et Europe | Laisser un commentaire

L’Edutainment : vers une école parallèle ?

C2E 2017

L’Edutainment : vers une école parallèle ?

Semaine de rencontres scientifiques et professionnelles
du 02 au 06 octobre à Poitiers

L’edutainment, contraction de « education » et de « entertainment » suscite de véritables controverses. Pour certains, c’est une révolution pédagogique dont l’efficacité n’a d’égale que l’agrément qu’il procure à ses utilisateurs. Pour d’autres il témoigne de l’abandon de toute exigence éducative et conduit à l’avènement d’une société où ludification rime avec société de consommation. Les enjeux sont importants et concernent tous les acteurs de l’éducation : les professionnels de l’éducation, les collectivités, les services de l’État, les entreprises et bien évidemment le citoyen apprenant, qu’il soit élève, étudiant, parent ou autre.

Le C2E se propose d’éclairer cette problématique par une mise en perspective de travaux de recherche, de pratiques éducatives, de problématiques institutionnelles et de propositions des entrepreneurs de la e-Éducation. Une question servira de fil rouge aux débats tout au long de la semaine : « L’edutainment constitue t-il une sorte d’école parallèle ? ». Cette interrogation fait écho aux travaux de Georges Friedman et à ceux de Louis Porcher qui s’interrogeaient dès les années 60 sur le rôle de la télévision dans les apprentissages et qui mettaient à jour des formes de complémentarité et de concurrence entre l’École et la télévision.

Comme chaque année, la 13ème édition du C2E propose une semaine de rencontres et d’échanges qui associe des chercheurs, des professionnels de l’éducation, des entreprises et des institutionnels.

Avec l’intervention des experts comme Daniel Peraya, Eric Sanchez ou Pierre Tchounikine, l’échange est ouvert à travers notamment une conférence participative et des ateliers animés par des chercheurs et des entrepreneurs du numérique éducatif.

L’Edutainment y sera abordé selon trois dimensions :

  1. la dimension culturelle et artistique qui lui est associée ;
  2. la scénarisation et la conception pédagogique à partir de l’association du ludique avec l’éducation ;
  3. les applications et les projets éducatifs associés au sens ludique des processus d’enseignement et d’apprentissage ;

Le C2E est une manifestation scientifique et professionnelle organisée par l’Université de Poitiers (laboratoire TECHNÉ) et est porté par le Groupement d’Intérêt Scientifique Innover avec le Numérique pour l’Enseignement, la Formation et les Apprentissages (GIS INEFA), structure réunissant les principaux acteurs publics et privés de la filière e-Éducation de Nouvelle-Aquitaine. Consacrer le C2E 2017 à l’edutainment est une façon de contribuer à la dynamique territoriale autour du numérique éducatif. Le faire dans le cadre du GIS INEFA, créé par la Région Poitou-Charentes puis étendu à de nouveaux partenaires dans le cadre territorial de la Nouvelle-Aquitaine, atteste de cette dynamique.

Cette rencontre originale d’une durée d’une semaine s’articule sous différentes formes de communications et d’échanges (conférences, tables rondes, interventions artistiques et culturelles, concours d’innovation, expérimentations, démonstrations de produits et services innovants) en croisant les approches scientifiques et professionnelles. Cette manifestation, ouverte à tous à niveau national et international, associe 200 à 300 professionnels du champ de l’éducation issus d’entreprises, d’établissements publics et de collectivités territoriales ainsi que des chercheurs et des étudiants français et étrangers.

Source Toht Cursus

Programme et inscription (gratuite mais obligatoire) : http://www.c2e-poitiers.com/

Publié dans Accompagner et préparer, Agenda et événements, Systèmes d'accompagnement et d'orientation | Marqué avec | Laisser un commentaire

Étudier est-il un acte contraint ?

Curieux phénomène que «l’étudiant libre», comme si étudier était normalement un acte contraint. D’un certain point de vue, l’ignorant ne peut demander ce qu’il ne sait pas, on ne peut que lui suggérer l’intérêt que l’étude d’un sujet peut représenter pour lui.

Dans les systèmes scolaires étatiques, on suppose que l’intérêt des études de base a bien été démontré et fait l’objet d’un accord tacite, alors on saute cette étape. Jusqu’à 16 ans, l’étudiant n’est pas libre.

Ensuite un accord implicite prend le relais : il faut des connaissances pour pouvoir travailler, payer son loyer, obtenir un statut social, etc. La pression sociale et économique contraint l’étudiant à une discipline qu’il n’aurait peut-être pas choisi spontanément.

Mais un système éducatif n’a pas nécessairement à être contraignant, à preuve pendant presque 50 ans l’enseignement mutuel a très bien fonctionné en Europe au 19 ième siècle, mais l’État ne pouvait se priver d’un aussi bon moyen de contrôle de sa population; il a fait le choix de l’enseignement simultané : un prof et une classe, tous au même rythme. Le système éducatif que nous maintenons est contraignant par choix politique; nous n’avons rien à dire au niveau de ses orientations ni de ses programmes alors que nous le pourrions et que cela correspondrait beaucoup mieux à l’apprentissage individualisé que l’on espère atteindre à coup d’algorithmes et de données massives. De toutes façons, les étudiants ne font que rarement ce qui était prévu.

Dans certains contextes, l’étudiant peut être affranchi des pressions extérieures et diriger son attention là où il le désire, comme un chercheur. Jusqu’ici, il fallait être économiquement et socialement indépendant ou être capable de supporter la marginalité dans son milieu; être marginal ou fréquenter une école marginale. Mais internet a changé la donne : on peut maintenant choisir ce qui nous intéresse et étudier comme on l’entend sans que personne ne trouve rien à y redire.  On peut partager ses connaissances et collaborer à enrichir l’ensemble tant dans son contenu que dans son organisation.

Plus besoin d’être riche ou à sa retraite pour pouvoir étudier ce qui nous intéresse. Les institutions éducatives choisiront t-elles la liberté pour leurs étudiants ? Certaines commencent à considérer la possibilité, surtout que le mur démographique approche…

Denys Lamontagne – info@cursus.edu
Éditeur de Thot Cursus

Publié dans Approche orientante, Systèmes d'accompagnement et d'orientation | Laisser un commentaire

Commencements-recommencements

Commencements & recommencements

Journée d’échanges et de réflexions au CNAM (Paris)
à l’occasion de la parution du 
n° 210 d’Education permanente

La question des commencements – ou des recommencements – fait partie de ces problématiques que l’on rencontre un peu partout dans le champ de l’éducation et de la formation des adultes. On « commence » un cours ou un programme de formation, on « recommence » à apprendre ou à travailler, on cherche aussi à comprendre les « commencements » ou les origines d’une situation, d’un développement ou d’un phénomène inexpliqué… Quiconque pénètre les coulisses de la formation perçoit qu’il y a là un enjeu central, pour le formateur comme pour l’apprenant. Derrière la thématique des commencements se cache en effet la difficile question de ce que l’on nomme couramment les ressorts, déclencheurs, leviers et autres « moteurs » de l’activité. Or rien n’est plus difficile que de commencer, et de penser ce commencement. En s’emparant de ce thème banal en apparence, Education permanente invite à une réflexion transdisciplinaire sur la question de l’initiation et des initiateurs de l’activité, dans le champ de la formation et dans toutes sortes de contextes.

Programme et bulletin d’inscription : cliquer ici

cliquer ici pour lire les résumés du n° 210

Publié dans Accompagner et préparer, Agenda et événements, Systèmes d'accompagnement et d'orientation | Laisser un commentaire

Verticale Culture : apprendre, entreprendre, intelligence collective

Bienvenue  dans un nouveau cycle de Verticale Culture, un cycle qui se prépare depuis 9 mois !

Verticale Culture  a choisi de rassembler toutes ses couleurs pour se concentrer sur l’à-venir au  travers de l’Apprenance, de l’Entreprenance et de l’Intelligence collective  pour tous dans un monde en pleine mutation

L’entreprenance est la qualité de celui qui ose  ! L’apprenance est la volonté de rester en phase avec son écosystème par « le vouloir apprendre, le savoir apprendre, le pouvoir apprendre ». L’une et l’autre se combinent et s’enrichissent mutuellement pour créer l’Intelligence collective.  Dans les trois points de cette triangulation s’installe l’Être Humain, au coeur du système, non en tant que consommateur, mais en tant qu’acteur principal bien décidé à reprendre les rênes de son destin.

Et nous allons commencer dès aujourd’hui ! Les Drôles de Dames sont prêtes !

Verticale culture

Vertical.cultur@gmail.com

Tel :+336.72.34.84.6

 

Publié dans Accompagner et préparer, Agenda et événements | Laisser un commentaire

Economie – travail – métiers -Emploi – Entreprise

Mise à jour le 22 01 2019

Consulter les archives
Consulter les ressources en ligne
Consulter les recommandations de lecture

Les adhérents trouverons ci dessous les sites Web ressources pour approfondir leur recherche sur les métiers, les emplois et leurs contextes économiques. Adhérer permet d’accéder à de très nombreuses ressources, de participer à la vie de Apprendre et s’orienter et de soutenir son action. Apprendre et s’orienter est membre de l’Association Internationale d’Orientation scolaire et professionnelle.

Continuer la lecture

Publié dans Accompagner et préparer, Contextes économiques et sociaux, Ecole et emploi, Ecole et entreprise, En France et Europe, L'information sur les métiers | Marqué avec , , , , , | Laisser un commentaire

Orientation-Lycée

Danielle Ferré (éd) Gilles Gustau – Régine-Eva Pénisson Kleinhans – Philippe Roquigny L’Harmattan, 2000

Orientation-Lycée est une méthode pour vous aider à guider les élèves de la seconde à la terminale, dans la construction progressive de leurs choix.

Commander les ouvrages

Publié dans Ouvrages, Systèmes d'accompagnement et d'orientation | Marqué avec | Laisser un commentaire

Professeurs l’orientation c’est aussi votre affaire

Danielle Ferré, Jean-Marie Quiesse, L’Harmattan, Paris, 2002

A l’école, l’orientation semble aller de soi, comme s’il s’agissait d’un processus « naturel ». L’école joue un rôle de « médiation » entre la vie des familles et celle des sociétés, elle influence les choix des élèves qui lui sont confiés. Les enseignements dont chaque professeur est porteur, tendent à assurer une certaine égalité devant les besoins socio-économiques et les rapides évolutions dont font l’objet les organisations du travail.

Couverture de l’ouvrage

Commander l’ouvrage

Publié dans Ouvrages, Systèmes d'accompagnement et d'orientation | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’approche orientante, une nécessité. Tome 2. Oser l’approche orientante, comment ?

Jean-Marie Quiesse, Danielle Ferré, Alain Rufino : préface Olivier Brunel – Editions Qui plus est, Paris, 2007

Découvrez l’ouvrage

Commander l’ouvrage

Publié dans Contextes économiques et sociaux, En France et Europe, Ouvrages, Publications, Systèmes d'accompagnement et d'orientation | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

L’approche orientante, une nécessité. Tome 1. Oser l’approche orientante, pourquoi?

Jean-Marie Quiesse, Danielle Ferré, Alain Rufino : préface Richard Etienne, postface, Francis Danvers.

Ouvrage

Commander l’ouvrage

Publié dans Contextes économiques et sociaux, Ecole et entreprise, En France et Europe, Ouvrages, Publications, Systèmes d'accompagnement et d'orientation | Marqué avec , , , , , , , | Laisser un commentaire