Éditorial

Danielle Ferré
Parcoursup

                                                                                                                                           

Parcoursup a pris fin le 21/09/2018 après avoir débuté le 22 mai. C’est donc l’heure du bilan sur un dispositif (et non un simple « outil ») qui a fait couler beaucoup d’encre au cours de l’été.

Notons d’abord qu’il s’agit d’un processus d’affectation qu’il ne faut pas confondre avec le processus d’orientation scolaire et universitaire accompagné notamment par les conseillers d’orientation psychologues travaillant dans les CIO et les SCUIO.

Malgré les 2 500 bacheliers (en majorité issus des filières technologiques et professionnelles) qui restaient sans affectation (mais accompagnés par les commissions rectorales) à la date fatidique, F. Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, a évoqué les 600 000 candidats sur 812 000 qui ont trouvé une place fin juillet et les 50 000 jeunes de plus que l’an dernier qui ont pu trouver une formation via Parcoursup.

Paris n’est pas la France ! Les barrières sociales et géographiques demeurent : « 43% des jeunes de Créteil se sont inscrits dans des formations à Paris, contre 26% l’an dernier ». Les lycéens boursiers ont davantage été acceptés dans les classes préparatoires parisiennes.

La nouvelle majorité a beaucoup communiqué sur la fin du tirage au sort. Pourtant, le problème de fond est le stress des candidats pendant l’été. Le débat sur la hiérarchisation des propositions n’est pas tranché (sauf pour les chercheurs qui admettent que dans l’ensemble, le dispositif serait plus efficace si les élèves hiérarchisaient leurs vœux), ni celle de la gestion du flux des démissions en août.

Comment raccourcir les délais d’attente des étudiants qui n’ont guère de chance sur la formation demandée ? Il reste 127 000 places disponibles dans l’enseignement supérieur : comment inciter les candidats à élargir leur choix et la zone géographique ?

Si Parcoursup représente une avancée par rapport à APB, tout le monde s’accorde sur des améliorations souhaitables pour l’an prochain car la nouvelle plateforme d’admission post-bac a accumulé bon nombre de bugs et d’erreurs. Enfin, l’avis du Défenseur des droits est attendu sur les algorithmes locaux qui contribuent à l’opacité du système.

Francis DANVERS, président

octobre 2018

adhérer

Actualité

Connexion adhérent

Créer une intelligence artificielle serait le plus grand événement de l’histoire humaine. Malheureusement, ce pourrait être le dernier, à moins que nous découvrions comment éviter les risques.
Stephen Hawkings – The Independent, 01/05/2014 – Citation extraite du rapport sénatorial de juin 2018

Adhérer permet d'accéder à la totalité des informations. 
C'est aussi un soutien pour l'association et son action

Consulter les archives des actualités
Consulter les ressources en ligne
Consulter les recommandations de lecture
Les offres d'emploi  avec "Option-Carrière

Mise à jour 14 10 2018

Articles

Actualités passées

« Je tracerai ma ligne et ce sera la vie » (Hokusaï)
chargement...