Éditorial

Danielle Ferré
De retour de Dubaï et d’Abu Dhabi…

                                                                                                                                           

Si l’on admet que l’orientation prise (au sens large) a une dimension idéologique et politique, alors il faut admettre qu’elle est intimement liée à l’évolution du capitalisme.

Des tribus de nomades du désert font émerger au milieu du siècle dernier une ville balnéaire extravagante en tout domaine. Cette mondialisation a une double façade : un versant lumineux par sa réussite économique (grâce à l’apport des expatriés), immobilière, architecturale et sociale (éducation, santé, culture) mais aussi une face sombre par la toute puissance financière des ultra-riches, le sort réservé aux travailleurs détachés, des traditions et une religion, l’Islam qui maintient, malgré quelques progrès, les femmes dans un statut d’infériorité.

Les défis sont immenses : anticiper la sortie de la manne pétrolière ; réussir la transition écologique face au réchauffement climatique, stabiliser la Région du sultanat d’Oman et des Emirats Unis sur un plan politique. Ici s’entrechoquent entre désert et oasis, plaine et montagne, la tradition et l’hyper modernité.

Ce miroir grandissant de la mondialisation ultra libérale (paradis fiscaux) contredit la théorie du ruissellement. Cependant Dubaï fait rêver en attirant les hommes et les capitaux. La crise de 2008 a démontré ses capacités de résilience. Les Emirats-Unis (EAU) n’ont pas fini de nous suspendre dans le pire, la démesure insolente mais peut-être aussi par le meilleur grâce à son inventivité.

Dubaï est, de ce point de vue, un laboratoire exceptionnel pour comprendre les enjeux de la mondialisation en « régime de postmodernité » (accélération et liquidité) avec cette question : quel sera le sort réservé au Louvre Abu Dhabi au-delà du contrat des 30 années ?

Francis DANVERS, président

Février 2019

adhérer

Actualité

Connexion adhérent

Créer une intelligence artificielle serait le plus grand événement de l’histoire humaine. Malheureusement, ce pourrait être le dernier, à moins que nous découvrions comment éviter les risques.
Stephen Hawkings – The Independent, 01/05/2014 – Citation extraite du rapport sénatorial de juin 2018

Adhérer permet d'accéder à la totalité des informations. 
C'est aussi un soutien pour l'association et son action

Consulter les archives des actualités
Consulter les ressources en ligne
Consulter les recommandations de lecture
Les offres d'emploi  avec "Option-Carrière

Mise à jour 07 02 2019

 

Articles

Actualités passées

« Je tracerai ma ligne et ce sera la vie » (Hokusaï)
chargement...