Navigation


Mots-clefs

Connexion adhérent

Archives par mot-clé : formation pro

80 ans d’orientation française – Du quantitatif au qualitatif

En septembre 2012, l’orientation française a eu 80 ans. 80 années jalonnées par 8 grands textes où se sont dessinés le profil d’un Droit à l’orientation, enfin énoncé par la loi de 2009.  Cette institution parallèle au Service public de l’emploi, est inscrite dans le cadre de la constitution d’un Etat qui doit mettre en œuvre une politique dont le but est de permettre à chacun d’accéder à l’emploi.  La dépense de 74 milliards annuels dédiés aux politiques de l’emploi atteste qu’il y a toujours plus de personnes à accompagner dans la construction de leur parcours tout au long de la vie et interroge donc la gestion de l’orientation en amont, notamment dans le cursus scolaire et universitaire. Cette analyse s’appuie sur de nombreux travaux scientifiques mais aussi sur une longue expérience personnelle au service de l’information et de l’orientation J’évoquerai ici principalement la matrice  culturelle au sein de laquelle s’expriment  les rêves, s’élaborent des intentions, prennent corps des projets de devenir. Puisque, selon D Ferré, « s’orienter, pour une personne, c’est construire un parcours singulier  dans un système socio-économique donné », je proposerai aussi quelques configurations orientantes à organiser pour que chacune et chacun se sente capable de construire son orientation dans un paradigme où le qualitatif tend à se substituer au quantitatif.

Continuer la lecture

Publié dans Accompagner et préparer, Approche orientante, Contextes économiques et sociaux, Ecole et emploi, Ecole et entreprise, En France et Europe, L'information sur les métiers, Se former aux métiers de l'orientation, Systèmes d'accompagnement et d'orientation | Marqué avec , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Rapport Larcher sur la formation professionnelle

« Ce n’est pas la formation qui crée l’emploi. Mais sans formation aujourd’hui il est clair qu’il est très difficile d’accéder à l’emploi. Il nous faut rendre effectif le droit à la formation tout au long de la vie et créer ses conditions d’exercice ». (rapport Larcher)

Rapport présentant 26 propositions concernant l’amélioration du système de la formation professionnelle parmi lesquelles : création d’un compte formation-emploi pour les demandeurs d’emploi, création d’un pacte réussite professionnelle pour les jeunes sans qualification, meilleur pilotage de la formation entre Etat, régions, Pôle emploi et partenaires sociaux, suppression de la contribution légale des entreprises au plan de formation.(commentaire CARIF)

Le rapport sur la formation professionnelle du sénateur Gérard Larcher vient d’être discrètement rendu public sur le site de l’Elysée. Multiplicité des acteurs, des formalités administratives et des dispositifs, manque de suivi d’un Pôle Emploi débordé, manque d’information des entreprises… Le rapport pointe du doigt des dysfonctionnements persistants malgré les réformes, en particulier sur l’orientation des jeunes et l’accès des demandeurs d’emploi à la formation, et préconise plusieurs mesures pour améliorer le système. Mais au final, rien de révolutionnaire. Et entre les 26 propositions du rapport et celles du Président sortant, le dispositif reste trop complexe. (commentaire Blog Emploi)

Ce rapport s’inscrit dans le prolongement de la réforme de 2009 sur la formation professionnelle qui a créé le Droit Individuel à la Formation (DIF), le Fonds Paritaire de Sécurisation du Parcours Professionnel et simplifié le « plan de formation » pour les entreprises. L’enjeu est de taille, puisqu’il s’agit d’allouer d’une manière plus efficace les 31,3 milliards d’euros (en 2009) qui financent chaque année la formation professionnelle ; environ 1,6% du PIB. (commentaire IFRAP)

Selon le rapport Larcher, la réforme de la formation professionnelle doit permettre de passer d’une gestion du chômage à une gestion dynamique de l’emploi. La crise pourrait alors constituer une opportunité : les moyens étant contraints, la France devrait avant tout moderniser sa vision, ses méthodes et ses outils. Au cœur du sursaut : les territoires et la coopération de tous les acteurs.(commentaire Manpower)

Points essentiels relevés par l’ARF

–  la nécessité d’une meilleure coordination des acteurs au niveau régional, que ce soit  sur l’orientation ou la formation, avec la mise en place d’une démarche territoriale conjointe entre l’Etat, les Régions, les Départements, et les partenaires sociaux. Cette coordination est indispensable mais, pour être pleinement efficace, elle doit s’accompagner d’un véritable pilotage confié aux Régions sur l’ensemble de la chaîne orientation/formation/emploi, en lien avec le développement économique.

–   la création d’un pacte de réussite professionnelle, avec une offre de formation qualifiante et certifiante pour les jeunes sans qualification. Cette idée rejoint la préoccupation des Régions de mettre la priorité sur ces jeunes et de leur offrir de véritables parcours de formation conduisant à l’emploi.

–   la mise en place de fonds régionaux de sécurisation des transitions professionnelles. Au moment du vote de la Loi de 2009, les Régions s’étaient fortement émues d’avoir été écartées de la gouvernance du fonds de sécurisation des parcours professionnels, alors même que ce fonds porte sur la formation des demandeurs d’emplois, qui relève de leur compétence.  Cette proposition rejoint donc la position défendue par l’ARF et se trouve d’ailleurs déjà mise en œuvre en Paca.

–   la nécessité de définir un cadre juridique du service d’intérêt Général (SIEG) de la formation professionnelle. Le détricotage actuel du service public de formation national, illustré par le très fort désengagement de l’Etat de tous les grands organismes de formation publics : AFPA, GRETA, CNAM, fait peser de grandes inquiétudes sur le maintien d’une offre de qualité, accessible dans les territoires et pour tous les publics.


Publié dans Accompagner et préparer, Rapports officiels | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire