Navigation


Article

Connexion adhérent

Faciliter l’accès à l’information des milieux populaires

L’orientation, une approche positive à partager. Pourquoi et comment faciliter l’accès à l’information des familles de milieu populaire ?

Jean-Marie QUIESSE, Délégué régional adjoint Onisep

Ainsi, alors que le système éducatif semble bien fonctionner comme «ascenseur social» pour une moitié des élèves, les autres s’en estiment exclus, et 66% de familles interrogées déclarent avoir «été mal informées». Or accéder à l’information c’est faire valoir le droit de savoir participer au choix de son enfant ou au sien propre.« L’échec ou la réussite scolaire de l’enfant dépend non seulement du sens que la famille donne à la scolarité, mais aussi et surtout de la volonté de l’école de se rendre intelligible pour les familles des milieux défavorisés.»

L’orientation est depuis 1971 une fonction transversale de l’école, porteuse d’un sens partagé entre les familles, les élèves et les acteurs du système éducatif. Il est évident pour beaucoup que l’on va à l’école pour préparer sa vie sociale et donc professionnelle. Or, ce consensus paraît être en partie rompu, mettant alors en cause le sens des savoirs et la fonction d’autorité déléguée par les familles. C’est particulièrement vis-à-vis des milieux «populaires» que le décalage semble être le plus important. A quoi l’école prépare- t’elle donc ? La construction des conditions nécessaires à un dialogue plus permanent apparaît alors indispensable pour mieux se comprendre et établir un nouveau lien de confiance. C’est sans doute autour de l’orientation qu’il a le plus de chance d’être positif tant l’attente est grande et c’est à l’école de faire le premier pas de l’intelligibilité .

Partager l’information pour sortir d’une situation inconfortable

S’orienter, c’est rencontrer les projets des autres. Dans cette approche, la communication joue un rôle essentiel, car il s’agit de trouver la bonne façon de se comprendre pour décider ensemble et construire des stratégies de choix personnel. Or, à l’école, le temps de l’orientation engendre une situation inconfortable. C’est le moment d’un dialogue parfois difficile entre les familles, l’élève et les enseignants. Il comporte, certes, une étape de confrontation entre des logiques de socialisation3, mais est-il nécessaire, en plus, de subir des décalages de communication? Ceci ne facilite pas les échanges, particulièrement avec les milieux populaires4où l’orientation est alors souvent ressentie comme une forme de rupture de contrat de confiance école/famille 5. Ainsi, alors que le système éducatif semble bien fonctionner comme «ascenseur social» pour une moitié des élèves, les autres s’en estiment exclus6, et 66% de familles interrogées déclarent avoir «été mal informées»7. Or accéder à l’information c’est faire valoir le droit de savoir participer au choix de son enfant ou au sien propre.

Organiser la communication pour s’entendre

Pour beaucoup de parents et d’élèves, on va à l’école pour préparer sa vie sociale et donc professionnelle. Or on constate que le diplôme ne garantit plus l’emploi8, mais aussi que deux tiers des employés de 30 ans travaillent dans un domaine professionnel très éloigné de leur formation d’origine9. Par ailleurs, sur le plan politique, l’institution peine à gérer les variables d’ajustement et à réduire les inégalités d’orientation à l’école « qui pèsent autant que les inégalités de réussite10 ». Alors, à quoi donc au juste prépare l’école , se demandent les parents ? A quoi ce que j’apprends me sert-t’il interroge l’élève ?
Les usagers questionnent donc les acteurs : le professeur dans son rôle d’accompagnement à la médiation de l’information, le conseiller d’orientation-psychologue dans sa mission d’expertise et de conseil, le professeur documentaliste à travers la mission interface du CDI, le chef d’établissement dans son rôle de décision, l’Onisep sur la qualité de ses informations. L’orientation, espace où il serait pourtant utile d’échanger,    apparaît alors comme un temps de difficile compréhension. Les intentions des uns et des autres semblent diverger tout comme l’interprétation des informations qui les argumentent. S’orienter, qui est pourtant une fonction positive porteuse de sens, est alors vécu négativement.
Comment, dans un modèle où l’orientation n’est plus un simple aboutissement d’un processus mais la raison d’être des apprentissages, construire un climat de communication pour que l’on s’entende, pour s’accorder sur l’étude de faisabilité du projet essentiel, celui du principal bénéficiaire qui est l’élève en devenir ?11 Comment aider l’élève à façonner son monde, écrire son histoire, déterminer et structurer un espace pertinent de décision ?

Impliquer les parents pour en faire des acteurs

Les enfants « en échec » sont issus de milieux faiblement dotés culturellement12. Si l’on souhaite que ce que vit l’enfant à l’école trouve quelque écoute et prenne de la valeur dans le milieu familial, la première étape est de faire passer le parent d’un statut d’usager à celui d’acteur.13 Il convient pour cela de mettre en place les dispositifs utiles pour réduire les inégalités d’accès et de compréhension en matière d’orientation entre l’institution et les familles, mais aussi entre les familles elles-mêmes. Cela implique aussi pour l’institution et ses représentants que les parents soient autorisés à acquérir un véritable pouvoir d’influence sur les décisions d’orientation et donc en devenir partie prenante. Trop souvent ils semblent «démissionner » parce qu’ils ne se sentent pas compétents, reproduisant là une situation déjà vécue au cours de leur scolarité14, mais aussi parce qu’ils sont davantage placés en situation de « recevoir » que de « donner »15.
Pour que les parents deviennent vraiment acteurs, il faut leur permettre d’accéder aux vocabulaires utiles. Eneffet, le langage «educnat» rebute plus d’une famille, transformant, faute d’appropriation,ce qui devrait être une vision partagée d’un devenir en un parcours d’initié où ils n’ont pas leur place16. L’inégalité devant l’information n’est pas seulement une affaire de quantité : c’est surtout une inégalité dans la lisibilité et le traitement utile pour comprendre ce qui se passe dans le monde et argumenter sur le sens à lui donner17. Les parents « ordinaires » disent qu’ils ne comprennent pas bien le système de formation, que la recherche sur le Net est difficile et insatisfaisante, qu’ils ne savent pas par où commencer, que le vocabulaire est obscur et plein de sigles. Par ailleurs l’automatisation des accès au choix comme    « admission post-bac » demande une sérieuse initiation et une aide permanente.
« L’école ne prolonge pas la vie des familles, disait Jules Ferry, elle prépare la vie des sociétés ». Mais qui initiera leur enfant si ce n’est l’école ? Car, si l’orientation est censée gérer la transition vers une vie sociale et professionnelle où être inclus ou exclus est un enjeu existentiel, le partage du langage et des valeurs qu’il véhicule apparaissent ici comme la première clef essentielle. La confrontation des projets des uns et des autres en portant la communication sur un plan plus égalitaire mais aussi en donnant    accès    aux    informations    stratégiques    sensible s,    permettrait    alors    d’envisager    des accommodements raisonnables. Mais l’élaboration du processus de décision doit comporter également l’accès aux informations stratégiques sensibles.
Il serait aussi nécessaire de travailler davantage sur les interfaces d’accès à l’information. Les systèmes automatisés d’aujourd’hui le permettent : réponse à des questions, mise à disposition d’informations pertinentes (langage, type de question, vocabulaire…), simulations de parcours, itinéraires programmés de recherche d’information. Toutes ces constructions conçues pour le « maillon le plus faible » des usagers pourraient contribuer à une plus grande égalité des familles en la matière et éviter que l’élève se retrouve trop souvent isolé face à ses choix.
Déjà des moyens d’impliquer les familles dans l’information ne manquent pas à travers la construction de projets communs18. C’est ainsi que s’échangent les points de vue et les expériences, s’apprennent les modalités de recherche de renseignement,    se construisent les vocabulaires partagés qui vont, le moment venu, donner tout leur sens et leur ampleur aux entretiens de bilan.

Dans une société de l’information, développer chez l’élève les capacités à choisir

La «famille » inclut naturellement les enfants. Si les parents sont la plupart du temps des «digital migrants », leurs enfants appartiennent à la génération des « digital native », née avec un clavier au bout des doigts19. Si s’orienter est un processus inhérent à toute existence, les conditions de l’orientation dépendent étroitement des contextes économiques et sociaux20, dont les modalités de circulation de l’information assurent la cohérence culturelle. A chaque époque son orientation21. Celled’aujourd’hui est particulièrement caractérisée par le développement des conditions d’information qui modèlent les milieux de production et de vie, mais aussi le comportement des personnes. Ainsi, avec les nouvelles technologies d’information, l’élève est devenu le premier centre d’interprétation des renseignements glanés sur le Net. Dans ce cas de figure, l’école n’oriente plus et la famille non plus. L’élève construit le sens d’un trajet qui se continue bien après la sortie de formation, et sur le territoire élargi de l’Union Européenne. La mission de l’école consiste alors à créer des questionnements pertinents, ouvrir des occasions de rencontre et d’expériences pour le recueil des éléments utiles, équiper chacune et chacun pour qu’il développe les compétences durables à gérer l’information22 et par là ses choix de vie.
Car la maîtrise du devenir passe par celle des opérations qui le préparent. Plus l’efficacité perçue à exécuter ces activités est grande, plus le niveau de capacité à choisir une formation ou une profession est élevé, plus l’éventail des projets est large, plus l’intérêt est grand, plus la personne est active et développe de l’initiative. 23. C’est parce que l’élève développe cette capacité qu’il va devenir plus aisé de communiquer avec lui et, par exemple, l’accompagner à analyser les conditions de réalisation de ses intentions. Cette maîtrise s’exerce sur trois domaines de connaissances spécifiques à l’orientation : celui des métiers et des organisations professionnelles, celui des parcours de formation et de certification en rapport avec ses projets, enfin celui de l’interprétation des éléments d’évaluation des compétences acquises à travers les apprentissages mais aussi les expériences personnelles.

Les ressources de l’ONISEP

Pour mieux comprendre les contextes du travail et les parcours d’apprentissage, l’Onisep propose de nombreux accès à l’information sur les métiers et les formations : plus de cent titres éditoriaux et quatre sites Internet (Onisep.fr, Déclic métiers, Réponse aux questions, Onisep TV24) qui attirent 1,5 millions de consultations mensuelles.    Mais cet établissement public offre également toute une gamme de services pédagogiques destinés à développer les compétences à s’informer25, envisager des projets d’expérience où s’imbriquent les apprentissages et l’orientation26.
Enfin le Webclasseur, espace de travail numérique sur le Web est une innovation importante en matière d’accès et de travail sur l’information27. En effet, lorsqu’il s’agit de construire l’efficacité de l’élève à trouver une profession qui fournisse une structure de sens à ses études, l’aide informatisée apparaît alors comme un outil pratique pour construire la stratégie décisionnelle. C’est par une guidance, qui marie les interventions pédagogiques avec la recherche numérique, que l’information devient orientante, porteuse de sens, de plan d’action, de stratégie. Elle crée des ponts entre ce que je veux faire de moi et les milieux où je pourrais me réaliser, entre les études et les professions (infusion), mobilise autour d’une recherche guidée par les étapes de passage entre le rêve, l’intention et le projet, engendre un besoin de partage (coopération).

Développer une approche orientante

Le principal acteur de son orientation, c’est l’élève lui-même auquel il convient d’apprendre à maîtriser les opérations nécessaires en la matière et par là développer son sentiment d’efficacité personnelle. Le second, ce sont les parents de ces élèves qu’il est nécessaire d’impliquer dans le processus du devenir et leur permettre ainsi de se sentir partie prenante. Le troisième, ce sont les acteurs institutionnels dont la mission d’éducation ne s’arrête pas à la simple transmission de connaissances parce qu’ils jouent aussi un rôle d’initiateur.
Au-delà des interventions spécifiques proposées par l’éducation à l’orientation28, trop souvent vécues comme «à côté » des enseignements disciplinaires, il convient aujourd’hui d’organiser le milieu des apprentissages parce qu’ils sont indissociables de l’orientation. Comment les amener à être orientants29, c’est-à-dire mobilisateurs et coopératifs, avec des contenus disciplinaires compréhensibles en termes de compétences à développer pour garantir une insertion professionnelle durable ? C’est le partage, entre tous les acteurs30, des informations résultant de cette démarche qui nous paraît garantir une plus grande égalité devant le choix et ouvrir le terrain à de nombreuses actions porteuses d’expériences constructives.
L’approche orientante trace notamment le cadre efficace où traiter l’information pour qu’elle soit utile dans la construction d’un projet, apprend à recueillir le renseignement pertinent, celui qui confirme ou infirme la bonne direction. Elle amène à enrichir son projet et aussi le préciser, par un partage au sein de la classe, avec les parents, avec des professionnels, au cours de périodes en entreprises ou dans des associations. C’est aussi une bonne préparation à un entretien avec un spécialiste de l’orientation. « Alors je peux effectuer les choix nécessaires parce que j’ai acquis les compétences utiles pour cela et que je me sens plus efficace. »

Jean-Marie Quiesse, suite à une intervention à Ecole Supérieure de l’Education Nationale de Poitiers. jmquiesse@onisep.fr Remerciements à Sophie Salvadori, Olivier Brunel, Danielle Ferré, Chantal Sciabbarrasi 09 décembre 2008.

——————————————

16 QUIESSE J.-M., FERRE D. ; GAUTRON C., MARXER A.,- « Guide de l’orientation scolaire : un guide pour aider les parents à accompagner l’orientation de leurs enfants »    Marabout, 2003 (Collection Marabout
pratique).
17
MEURET    D.    Cahiers    pédagogiques    n°467,    Dossier    Égalité    des    chances    ou    école démocratique ?

Ce contenu a été publié dans Approche orientante, Ecole et emploi, Ecole et entreprise, L'information sur les métiers, Systèmes d'accompagnement et d'orientation, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.