Éditorial

Danielle Ferré

 

 

Simone Weil, philosophe du travail

A la suite du colloque de Cerisy-la-Salle consacré à S’orienter dans un monde de hasards (08/2015) - Actes en cours – je suis revenu au CCIC cet été pour participer à la session consacrée à l’œuvre de la philosophe Simone Weil (1909-1943) avec le projet d’étudier la dimension spirituelle de l’orientation de vie en vue de la préparation du Tome IV de S’orienter dans la vie.

En quoi une œuvre militante de la première moitié du XXème siècle peut-elle encore nous concerner ? Héritière de la pensée de Platon et disciple d’Alain, enseignante à ses débuts, fille de médecin, S. Weil rencontre la condition ouvrière par le travail en usine et rédige des Réflexions sur les causes de la liberté et de l’oppression sociale (1934). La passion de la vérité dans les Lettres et dans les Sciences ainsi que sa foi inconditionnée dans le Christ (mysticisme) constituent le fil d’Ariane d’une vie brève et intense en quête d’absolu. Son legs est immense (estimé à 16 volumes). Retenons La pesanteur et la grâce (1942) et L’enracinement (1943).

Engagée dans la Guerre d’Espagne et résistante à Londres, cette femme est de tous les combats de son temps, au point d’y laisser sa vie à 34 ans, épuisée parce qu’elle a tout livré en partage. Une tuberculose devait l’emporter précocement mais l’énergie spirituelle n’a jamais fléchi et sa curiosité intellectuelle fut sans limites. Personnalité paradoxale, proche des Fragments de Pascal, son « attente de Dieu » n’a jamais inhibé ses facultés critiques à l’égard des Eglises officielles généralement bien peu respectueuses, selon elle, du message évangélique. « Anarchiste », elle ne dissociait pas la pensée de l’action dans l’engagement révolutionnaire. Esprit visionnaire, elle a décrit dans la Résistance, l’américanisation en marche du globe. Curieusement après un long purgatoire, S. Weil revient au-devant de la scène. Le Figaro vient de l’élire « la plus grande philosophe française du XX° siècle »!... Peut-être parce que nous y voyons secrètement la possibilité de résister à la mise en coupe réglée de notre existence et la faculté  de nous interroger sur la dimension spirituelle de la trajectoire de vie indépendamment d’un engagement religieux particulier.

 

Francis DANVERS, président

Septembre 2017

adhérer

Actualité

Connexion adhérent

A un enfant je lui donnerais des ailes mais je le laisserais voler tout seul

G.Garcia-Marquez

 

Adhérer permet d'accéder à la totalité des informations. 
C'est aussi un soutien pour l'association et son action

Consulter les archives des actualités
Consulter les ressources en ligne
Consulter les recommandations de lecture
Les offres d'emploi  avec "Option-Carrière

Mise à jour 15 08 2017

Articles

 

Actualités passées

« Je tracerai ma ligne et ce sera la vie » (Hokusaï)
chargement...